Vous êtes ici: Page d'accueil > Presse > ANNEE 2015 > JUMELAGE RNC - PDFC
voir toutes les sorties

Chapter Harley
Plaine de France

> Adhésion HOG

> Adhésion Chapter

"Au PDFC, recevoir les Allemands n'est pas qu'une formule. Tout commençait déjà la veille, le vendredi soir 26 juin 2015 lors d'un pique-nique nocturne organisé à la concession Passion Road 95 de Baillet-en-France que nous remercions par la même occasion pour son hospitalité. Et que dire de Patricia et Alain qui comme à leur habitude nous ont tellement gâtés de gourmandises salées et sucrées dignes de banquets pantagruéliques...? La cerise sur le gâteau fut lorsque les hamburgers du foot truck faits par notre chief cook Olivier et son pote finissaient de joncher nos assiettes. Un des meilleurs hamburgers jamais dégusté. Le régime des plus volontaires volait en éclat à leur simple vue !!!

Nos amis allemands nous ayant rejoints nous partagions ce moment convivial et de retrouvailles dans la chaleur étouffante de l'été qui n'empêchait pas nos invités de nous remettre un très joli cadeau qui trônerait au Club et nous rappellerait à chaque fois combien l'amitié est rare et précieuse. La forte température n'entachait pas non plus la bonne humeur ni les rires et une communication certes plus proche de la langue des signes que d'un discours fluide dans la langue de Goethe contribuait à un vrai moment d'échange dans lequel chacun se jetait sans complexe. Pour les moins téméraires, Coco s'évertuait à mettre ses compétences germaniques à profit en traduisant les propos des uns ou des autres. Décidés à ne pas gâcher notre belle journée du samedi qui s'annonçait en nous couchant trop tard, et afin de laisser nos amis se reposer, nous décidions de rentrer vers 22 heures acquis à cette belle sensation de détente et heureux de la journée du lendemain qui paraissait sous les meilleurs auspices. Debout de fort bonne heure le samedi nous avions rendez-vous devant l' hôtel de nos amis du Rhein Neckar Chapter pour commencer une journée .... digne des plus farfelues histoires de cape et d'épée et de la "Folie des Grandeurs" .... La route se passa sans encombre, toujours gérée par une équipe sécurité de haute volée. Merci à eux de tant veiller sur nous. La fin du chemin jusqu'au château de Versailles, sans cesse ponctuée de feux de circulation, prolongeait notre impatience d'arriver en ce lieu aussi grandiose que magique qu'est le plus beau, le plus impressionnant et le plus unique des châteaux du monde ... tout chauvinisme écarté...Il faut surtout dire que ses jardins sont restés inchangés depuis leur conception par Le Nôtre (non pas le traiteur...mais le jardinier de Louis XIV !). Qu'elle ne fut pas notre surprise lorsque nous fumes accueillis à la Grille du Mail par le jardinier en chef du Château, Joël, digne successeur de l'illustre concepteur originel, et de son compère-adjoint Nicolas (responsables actuels d'une brigade de 23 jardiniers), tous deux clients mais néanmoins amis de notre ami Éric. Nous ne remercierons jamais assez ces joyeux drilles de nous avoir concocté un tel accueil et un tel programme. Nous avions ainsi la possibilité de garer nos chevaux américains des temps modernes à l' abri des regards indiscrets et du soleil qui s' annonçait déjà chaud. La surprise redoubla lorsqu'apparut un tracteur Kubota 135 ch. d'une très belle taille tractant une charrette géante à vérins (Eric me reprendrait en disant " une remorque plateau à abaissement hydraulique et roues directionnelles ") aménagée pour la circonstance et digne des condamnés à la guillotine du 18e siècle...Mais les seules têtes qui tombèrent ce jour là furent celles des bikers emportés par l'euphorie et la bonne chair en fin de soirée...mais c'est une autre histoire... "hop, hop, hop". Nous en déduisions sans ambigüité que cet engin roulant serait notre moyen de transport pour la journée. Dans les plus grands éclats de rire et la plus grande animation, nous traversions tous les jardins et profitions des haies de charmilles au rythme des pas du Kubota. Nous pouvions découvrir la magnificence des lieux, revivre les moments qui berçaient notre imagerie de l'enfance, marchant sur les pas de nos rois les plus célèbres, ou sur ceux plus comiques de Louis de Funès, Yves Montant et Alice Sapritch, profitant même avec tellement de plaisir des accents saxons de nos alter ego et cousins germains, que nous aurions pu croire que Marie-Antoinette riait avec nous. Quelle malice ! Quelle ironie de l'Histoire. Les regards médusés des visiteurs enrichissaient notre joie et nombreux furent les fous rire franco-allemands. Nous découvrions également une exposition totalement décalée de Kapoor où l'anatomie féminine trônait (pauvre reine) et le miroir géant reflétant notre image...immortalisait l'instant d'un seul et unique groupe. Et que dire de ce trou d'eau digne de Jules Verne et du Voyage au Centre de la Terre...Nous visitions aussi le château, ses pièces veloutées, ses tentures, ses toiles, ses meubles somptueux, parfois noyés au milieu de dizaines de touristes. Mais il faut avouer que notre présence paraissait totalement incongrue. Tels des princes et princesses ne pouvant se déplacer autrement qu'en roulant, notre charrette nous amenait au restaurant "La flottille" où nous déjeunions en terrasse. L' ambiance chaleureuse et parfois arrosée prolongeait ces instants privilégiés au bord des bassins. Grâce à notre hôte si accueillant et soucieux de partager ses privilèges avec tant de générosité, nous prolongions l'instant à l'Orangerie dans un nouveau moment irréel de répétitions artistiques du spectacle de Kamel Ouali pour le grand bal masqué du château de Versailles, baignés dans l'odeur enveloppante des agrumes, puis conscients que nous devions nous reposer avant la soirée qui s'annonçait nous rentrions tranquillement vers la concession pour changer de costumes. Nos membres s'étant mis tels des acteurs sur leur 31, les hommes avaient délaissé les couleurs du HOG pour se parer de leurs plus beaux atours civils et les femmes s'étaient métamorphosées en magnifiques nymphes. Notre ami Gilles avait réussi à mettre en place l'organisation d'un car qui nous mènerait à Paris pour la soirée, Guy, un autre de nos compères doublement excellent chauffeur, nous emporta sans encombre jusqu'aux portes du "Paradis" Latin celui-ci. On ne vous cachera pas que le trajet fut très arrosé d'une boisson étrange au nom évocateur de "Punch Breton", servi au jerrican, qui participait à allumer le feu qui ne manquerait pas de se consumer tout au long de cette soirée magique. Ce cabaret parisien mythique, ses paillettes, ses présentateurs, ses personnages hors norme nous firent passer une excellente soirée. On peut facilement imaginer que nos amis allemands étaient aussi ravis que nous du moment rare qu'ils passaient et ces émotions furent très largement partagées lorsque certains furent pris à partie par des animateurs plus qu'enjoués. Les hommes et femmes qui assuraient ce spectacle magnifique, sous les lumières, reines et rois d'un soir, nous emportaient dans nos rêves d' enfants et parfois de plus grands...Femmes sculpturales chevauchant les motos, ou bien transformées en roses romantiques tellement fragiles, ou encore cet artiste trapéziste si émouvant, ces jeunes hommes dignes des statues d'Apollon rencontrées quelques heures plus tôt... Aussi la présence des RNC et PDFC en ces lieux confidentiels des nuits parisiennes ne passait pas inaperçue pour leur gouaille et leur bonne humeur. Repus, fourbus, le spectacle ayant pris fin, nous raccompagnions nos amis allemands à leur hôtel puis allions nous reposer pour la nuit jusqu'au lendemain car le week-end n'était pas fini !!!

De nouveau présents au rendez-vous à 08:30 pour profiter de cette dernière journée, le convoi franco-allemand d'une quarantaine de motos, prenait joyeusement la route pour Troissy. Certains portaient un double casque qui se voyait à peine...

Nous roulions par les petites routes bucoliques plein Est, attirés par le bruit des bulles et la belle lumière du soleil. Après ce chemin agréable, nous arrivions à Troissy chez le producteur de Champagne Joly-Champagne. Une majorité de nos amis allemands nous quittaient là dans l'aventure, sauf 8 épicuriens prêts à affronter la dégustation champenoise de l'apéritif...of course. What else dans cette magnifique région ? Tout de même pas une anisette !!! Sacrilège !!! Le repas excellent était lui aussi agrémenté d'un Champagne différent à chaque plat, dans une adéquation parfaite avec le met qu'il accompagnait. Le rythme soutenu de ces deux derniers jours et les agapes du midi poussaient certains à la sieste et les plus résistants à la visite guidée de la cave. Quelle santé ces bikers ! Insatiables...Mais l'heure tourne vite en bonne compagnie et le départ pour Epernay retenti, nous permettant ainsi de raccompagner nos visiteurs allemands à leur hôtel pour l'ultime étape de leur séjour. Nous devions nous résoudre à nous quitter et empruntions pour le retour les magnifiques petites routes d'un périple concocté par Jean-Jacques, comme il en a le secret. Nous pouvions alors nous promener en nos pensées en cette fin de journée d'un weekend mémorable, et rentrions vers nos demeures certainement plus humbles que le château de Versailles et ses jardins, que les domaines de Champagne et les vignobles renommés, mais la sincère amitié et le rapprochement fraternel de nos deux clubs qui avait régnés ces 3 jours étaient certainement beaucoup plus riches que tous les biens matériels de cette terre...et nous savions déjà que la Lorelei qui nous appellerait outre-Rhin en 2016, tiendrait largement toutes ses promesses ". Florence